# 9 Le geste qui sauve

par Sidoine - Sunday 08. June 2014

Quel est le point commun entre Richard Stallman et Didier Pittet ? Si vous m'auriez posé la question il y a quelques mois de ça, j'aurais certainement répondu aucun. Pourtant, aujourd'hui ma réponse est différente.

Déjà, Stallman, je ne penses plus nécessaire de présenter ce mentor du libre. Ensuite, Didier Pittet est sûrement un nom qui nous est moins familier, et pourtant… Dans la lignée de Semmelweis (sujet de thèse doctorale de l'inégalable L.F Celine), Pittet a révolutionné le domaine sanitaire.

Alors que je commençais à travailler dans le champ paramédical, je découvrais l'utilisation du Sterilium® de la Solution Hydro-Alcoolique, son protocole, et l'importance que ce petit flacon me suive dans mes différents soins hospitaliers. Puis, quelques temps plus tard, j'ai vu la SHA se démocratiser au grand public, pour définitivement et pleinement s'ancrer à toute la population (hospitalier et civil) depuis la grippe H1N1.

J'en serais rester là, si je n'étais pas tomber sur l'excellent travail de Thierry Crouzet à ce sujet. Dans son ouvrage « le geste qui sauve », il transmet, entre autre, deux informations capitales : Derrière la SHA, que nous tous utilisons presque quotidiennement, se cache Pittet ; et que, cet inventeur à choisit de laisser en libre accès les formules et techniques de fabrication de la SHA.

A mes yeux, l’intérêt est double. Premièrement, démocratiser la fabrication et, en chuintant l'intermédiaire big-pharma, permettre aux pays défavorisés d'avoir accès à ce produit crucial. Deuxièmement, apporter à la problématique du désordre mondial généralisé, une solution locale et indépendante. Et, la production de la SHA démocratisé est un premier pas…

# 8 FabLab

par Sidoine - Friday 01. May 2015

Certains diront que ça fait un siecle que j'ai pas posté d'article, tout ça, machin... Ok, je m'excuse, je tacherais d'être plus assidu. Voilà, bon !

Mais durant ce long silence, plein de choses se sont passées. Entre autres, le sujet de ce post: Je suis devenu membre du FabLab Robert-Houdin (Blois) ! \o/

A quoi reconnaît-on un maker-space comme le FabLab ? A son accueil, sa convivialité et au fait que l'on se sent très rapidement aussi à l'aise que chez soi. En découvrant ce lieu, j'ai très vite perçu que les limites de création sont établies par notre mental et peuvent être dépassées à l'infini (si nous nous autorisons à faire péter certains patterns engluants que nous nous sommes imposés).

Puis, dans cette grande Auberge espagnole du DIY (Do It Yourself), je peux constater que les différentes compétences de chacun apportent une nouvelle optique, plus ouverte, plus poussée, apportant de nouvelles pistes de réflexion et la solution à certains problèmes. Aussi, toute cette petite ruche (communauté), cette équipe sévèrement burnée hyper-expérimentée, est constituée d'individus spécialisés dans leurs domaines. Donc, au FabLab Robert-Houdin vous pouvez:

  • Faire de l'impression 3D
  • Découper (laser, fraiseuse, vinyle, carton, ...)
  • Monter des projets robotiques (Arduino, Rasberry, ..)
  • Créer une ruche connectée
  • Travailler les matériaux brutes (soudure métal, percer, creuser du bois, ...)

D'ailleurs, il est bluffant de voir le détournement d'objets récupérés: le bar à base de palettes, un vieux radiateur réhabilité en sofa, des pièces de métal sublimées en papillon lumineux.

Alors, quoi? Eh bien, personnellement, le FabLab va me permettre d'aiguiser, et développer mon sens pratico-pratique, et donc, me permettre de dépasser, bouger, exploser mes barrières (freins) pour créer concrètement, un peu plus, dans la matière.

Pour reprendre l'initiative de Denis, je vous invite, si l'Hackabilité est votre passion, à vous rendre à votre FabLab le plus proche de chez vous pour découvrir tout ce nouveau continent créatif.