# 11 Reconnecter notre pouvoir personnel

par Sidoine - Saturday 09. April 2016

Pour le premier article de cette nouvelle année, on va discuter d'un sujet sur lequel je bosse actuellement: Le pouvoir personnel. En réalité, cet article, j'avais pensé l'écrire il y a quelques mois, voyant les événements tragiques de novembre dernier, ainsi que le risque de guerre qui en découlé. Aujourd'hui, il me parait important de poser ce que je mets derrière les termes "pouvoir personnel" et les différents points que je dois travailler dans ce domaine. Prêt? Let's go !

 Tentative de définition

A la question "le pouvoir personnel, kesako ?", la réponse serait: ce que nous avons tous refusé, refoulé, abandonné. Ce sont ces choix, individuels ou collectifs, que nous devons faire en conscience afin d'évoluer durant notre expérience d'humain. En déléguant nos responsabilités (loi de spiderman), nous avons généré une société aliénante et des vies guidées par des non-choix. En fait, pour le pouvoir personnel, il ne s'agirait pas du réveil vers la révolution, mais bien d'un éveil vers l'évolution.

 Ses différentes strates

De plus en plus, nous constatons que notre cadre sociétal et nos constructions individuels, fondés sur de vieux schémas, ne fonctionnent plus, ou sont carrément obsolètes pour certains. Notre évolution nous pousse à abandonner ces anciens systèmes pour en inventer de nouveaux.

C'est à partir de 2012, où, à mes yeux, on est passé d'une énergie de survie à une de création, qu'a émergé des concepts créateurs qui tendent à reconfigurer complètement nos différents axes de fonctionnement actuels d'humain. Actuellement on voit éclore des initiatives constituantes, chose encore inimaginable il y a quelques années de ça. Malgré tout, la majorité est encore opaque à ces portes d'évolution, et préfèrent continuer d'alimenter l'ancien modèle agonisant (par peur de retrouver leur pouvoir personnel).

Ainsi, je vous propose de survoler quelques pistes (utopiques?!), à travers leurs différents domaines respectifs:

    • Économique: Au stade où est déifié l'argent dans notre société on en a presque oublié ce qu'il est, c'est à dire un simple outil d'échanges. Aujourd'hui, après l'avoir poser en maitre pendant des décennies, on peut imaginer un réel changement monétaire. Parmi les pistes séduisantes, la TRM, et son application acentré, symétrique et libre.
    • Politique: L’énorme spectacle tragicomique de l'échiquier politique, et ce qu'il génère, nous pousse à rêver d'un autre modèle. Sortir de la démocratie représentative (oxymore), pour que toutes personnes mutent en citoyens constituants et opter, par exemple, pour un système d’élection par tirage au sort (genre athénien, ou juré populaire de cour d'assises)
    • Spiritualité: Étant acteur du jeu, le but est d'aligner Corps/Mental/Divin, afin de poser l'action la plus juste dans la réalité que nous créons. Dans notre société qui met le mental en absolu, il faudrait réintégrer l'être dans notre expérience d'humain. Chacun le vivra peut-être sur son chemin. Par exemple, le tans-humanisme et les objets connectés sont des palliatifs (mentaux) à notre non-connexion au subtil que la société nous a fait refouler. Sans parler de notre rapport au minéral, végétal, et animal.
    • Éducation: L'évolution fait que le système éducatif actuel (institution formative) est certainement à réinventer, comme lieu à former des changeurs de monde.

Biensur, cette liste n'est pas exhaustive, j'aurais pu rajouter l'architecture plus respectueuse de la nature, Reinventing Organizations, etc. Il est important d'observer l'interconnexion de tous ces axes, et comprendre l'intérêt de multiplier le nombre de changements. Une fois de plus, ce n'est que mon point de vue, et chacun aura une opinion différente, ou non. Normal, mais le but est de prendre conscience de qui nous sommes et de notre pouvoir de décisions sur le monde que nous voulons créer.

"Et toi, t'en es où dans tout ça ?"

Bonne question, ces derniers temps j'ai pas mal avancé. Grâce à mon thérapeute j'ai pu péter certains blocages, bosser sur ma structure et pas mal évoluer. Donc, je taff sur quelques pistes: lancer les dés au lieu de contempler le plateau du jeu, lâcher l'enfant, m'ancrer dans la matière, etc.

En clair, de façon concrète et en vrac, je vais affronter mes peurs: phobie de l'eau, reprendre la conduite, etc...

Vu que les énergies actuelles nous poussent à remettre du local et du lien dans nos vies (voir l'augmentation de crowdfunding, fablab, recyclerie, MOOC et autres). Pour ma part, je compte me prendre un RaspberryPi3 et installer Cozy comme cloud @home, et continué de privilégier les circuits courts (AMAP, ...) plutôt que les hypermarchés, et alimenter les projets, initiatives et lieux que je veux voir grandir dans ma réalité.

Quelques liens, pour allez plus loin

# 10 Une société overwave

par Sidoine - Tuesday 24. November 2015

But de ce post : aborder l'épineux sujet de la téléphonie portable.

Objectif : donner une bonne fois pour toute ma vision actuelle du gigantesque mobile-world. Histoire d'économiser mon énergie, et ne plus rabâcher mon argumentaire, en invitant les plus sceptiques à se rendre sur cette page.

Une bombe sanitaire

Penser que les hyperfréquences (ondes électromagnétiques discontinues pulsées) n'ont pas d'influences sur la matière, reviendrait à contre-dire la théorie des champs de torsion. Bref, la terre est plate et les raviolis poussent dans les arbres.

Quiconque a un cerveau fonctionnant avec un minimum de sens critique peut comprendre que ce bain d'ondes pulsées, dans lequel nous vivons quotidiennement, a des répercussions, à plus ou moins long termes, biologiques sur tout être vivant.

Ce n'est pas un hasard si, en 2008, un consortium de 20 médecins (cancérologues, cardiologues, etc.) ont diffusé une alerte sur les risques du téléphone portable. Malgré la pression tentaculaire des multinationales de la téléphonie mobile, des études arrivent à sortir, nous révélant les réels conséquences pour l'organisme (âmes sensibles s'abstenir) :

Bon, je vous propose d’arrêter là cette énumération, vous avez certainement compris l'idée.

10 %, c'est le pourcentage de la population à être électrosensibles (OMS). Souvent rangés, par facilité, dans la case psy, ces humains vivent les conséquences physiologiques du bombardement électromagnétique artificiel : Fourmillements, insomnies, chaleurs, maux de tête, vertiges, palpitations cardiaques, malaises, etc.

Pas un hasard non plus que les institutions ai reconnus officiellement l'EHS (Electro-Hyper-Sensibilité) comme handicap et pathologie. Les puissants enjeux économiques ne peuvent, de moins en moins, passer sous le tapis les dégâts sanitaires collatéraux (comme la propagande pour le radium à l'usage domestique, la généralisation de l'amiante, plomb, etc). Il faudra peut-être attendre dix ans, alors que le marché aura misé sur d'autres technologies, pour avoir un vrai débat publique sur ce sujet.

La résistance comme suicide social

En seulement quelques années, le téléphone mobile c'est imposé comme objet normatif ultime. Qu'on le veuille ou non, il fait partie du statut social. Certain lui voue même un culte. Impossible de vivre sans. Amnésie complète de l'époque où il n'existait pas encore. Assumer de vivre sans mobile, c'est un réel suicide social et professionnel : "Aujourd'hui si vous n'avez pas de portable, vous ne pouvez pas trouver ou maintenir un emploi". C'est indiscutable, une injonction, on se doit d'être joignable partout, H24 !

Si vous insistez en posant la question bénéfices/risques, vous êtes marginalisé, rangé dans la case des grands allumés. Et, faire part, dans un sursaut moral, que vous trouvez irrespectueux d'entendre un portable sonner pendant un enterrement, à la bibliothèque, et que vous en avez ras-le-bol d'entendre gueuler tous les détails d'une unilatérale discussion dans le bus ou le train, au lieu de profiter du temps de trajet pour entamer une conversation avec le voisin encore inconnu. Là, vous venez de franchir la limite, la zone de non-retour.

Un peu comme un microbe, petit et faussement inoffensif, ce gadget s'est incrusté dans nos vies comme le multitool indispensable, le nouveau nain-nain inséparable. D'ailleurs, l'addiction existe, la nomophobie, et l'erreur serait de la sous-estimer. 70 % des utilisateurs avouent ne pas pouvoir s'en passer, même pour une journée-. Pourtant, la déconnexion est très instructive.

Open source ?

L’obsolescence programmée compte le portable parmi ses favoris. Miniaturisé à l’extrême, la réparation est une réelle performance. Pourtant, la clef est bien là. La question de la hackabilié est primordial (software, hardware et réseau). On pourrait penser le portable comme un objet électronique quelconque, modulable et entièrement DIY (genre Arduino), embarquant des systèmes libres sans boite noire.

Pour finir: mon avis, mes choix et le reste

En 2011, ils ont installé, de force, en foulant du pied une pétition citoyenne, une antenne relais en face de chez mes parents. Par réaction, par protestation et par colère j'ai résilié mon forfait, depuis je n'ai toujours pas repris de mobile.

On pourrait clore ce chapitre ici, mais, comme vous le savez peut-être, en 2014 un événement s'est opérée chez moi, engendrant une modification de mes perceptions. Depuis, je peux ressentir (picotement, chaleur, etc), de façon intermittente, les champs d'ondes pulsées. Pratique pour aider à retrouver les portables égarés des potes, mais très désagréable pour faire ses courses dans un magasin utilisant un système sans-fil agressif (relativement calmé en passant par le cœur).

Donc, par mécontentement puis par électro-sensibilité j'ai renoncé au portable. Mais dernièrement, un dilemme s'est posé : dans ma fonction à la réponse d'urgence, je me dois d'être joignable à tout moment par le système d'alerte.

J'avoue que j'ai fonctionné pendant quelques mois avec mon vieux tatoo que j'ai dépoussiéré pour l'occasion ! Au de-là de l'aspect néo-retro (voir oldschool), les points positifs sont, que la réactivation est gratuite, que c'est de la radiomessagerie (pas d'ondes pulsées, et sans émission), et que les frais sont de 0€/mois.

Aujourd'hui, après des années sans, j'ai repris un portable, un peu dans l'urgence et la contrainte, mais ce smartphone à un Das très bas (env. 0.3), que j'utilises en SMS-Only, internet, et l'allumant au minimum (respectant une déconnexion quand nécessaire). Rajoutez à ça, mes habitudes @home, No-Wifi (tout en RJ45), téléphone fixe filaire, etc.

Les moyens pour me joindre restent nombreux (mail, xmpp, fixe, mobile, etc.), alors le prochain qui me ressort un « tu fais chier on arrive pas à te joindre. Allumes ton portable ! » finira dans les faits divers de la presse locale ;p

Quelques liens à consulter