# 1 Qui est Sidoine B.

par Sidoine - Thursday 02. June 2011

Enfant de la Loire, né un jour de galette des rois au début des années 80, mes parents m’ont attribués l’étrange prénom de Sidoine. Appartenant à la génération Y et ayant grandi en Sologne, ma personnalité se structure entre la culture pop et la nature.

La culture libre (librisme) on ne s’y intéresse pas, on ne la survole pas, on ne l’adopte pas pour un effet de mode. Comme pour la spiritualité ou les sciences, on y est poussé. Pour les plus anciens, souvenez-vous de l’immense bol d’air ressenti après votre tout premier boot de Mandrake, alors que partout ailleurs les postes s’asphyxiés de windows98/2000®.

Électron libre

En tant qu'Homo sapiens hypersensible et mystique, qui est végétalien depuis 2017 (végétarien dés 2011) et militant pour la cause animale, j'analyse le monde sur plusieurs niveaux :

  • Matiére (sciences dures, sciences sociales, ...)
  • Esprit (Alchimie, geobiologie quantique, méditation, ...)
  • Âme (Divin, subtil, ...)

Créativité

L’art est l’oeuvre de toute une vie. Un lifestyle. Une création qui se construit de jour en jour. Ma production pourrait se résumer en deux piliers :

L’écriture et l’infographie.

Pour l'écriture, mon vécu, ma perception des choses et mon sens (il-)logique me pousse à conceptualiser certaines idées (essais, fictions, etc).

Pour l'infographie, à 11 ans je découvrais le Turbo Pascal sur mon Amstrad1512, quand on m’a montré des premiers rendus 3D, j’ai tout de suite été fasciné par la technologie de la CAO/DAO. Aujourd’hui donc, ma contribution d’infographie (au sens large) est : Projets de courts-métrages, 3D/2D, Drawing, etc.

Pourquoi les licences libres?

La question des systèmes ouverts/fermés est un sujet capital. Déjà, comprendre que l’utilisation de licences est une couche du donner/recevoir. Opter pour un système fermé, ou truffé de boites noires, a pour conséquence l’aliénation fondée sur des peurs. Choisir les licences libres c’est utiliser les notions : d’ouverture, de circulation non-freinée, de bidouillabilité (cher à Tristan Nitot que je salue au passage), d’évolution, etc... Donc, vous pouvez réutiliser mes créations selon les termes de la Licence Art Libre, ou Creative Commons By-Sa, que j’utilise fréquemment.